Une image de la Belle endormie

Sur les 40 illustrations que Gustave Doré fournit pour Les Contes de Perrault, il en consacre 6 à « La Belle au bois dormant ». Voici la dernière, qui correspond à la scène où le prince découvre la princesse encore endormie :

Doré illustre a priori  l’extrait suivant du texte de Perrault :

[Le prince] entra dans une chambre toute dorée, & il vit sur un lit, dont les rideaux étaient ouverts de tous côtés, le plus beau spectacle qu’il eût jamais vu : une princesse qui paraissait avoir quinze ou seize ans, & dont l’éclat resplendissant avait quelque chose de lumineux & de divin. Il s’approcha en tremblant & en admirant […] elle était tout habillée, fort magnifiquement, mais il se garda bien de lui dire qu’elle était habillée comme ma mère-grand, & qu’elle avait un collet monté.

L’illustration de Doré correspond-elle au conte de Perrault ? Regardons d’abord le cadre général, puis les personnages.

Qu’en est-il du cadre ? La chambre n’est pas dorée (noir et blanc oblige) mais il s’agit bien d’une chambre de princesse comme le montre la taille monumentale du lit à baldaquin et de la cheminée, tous deux richement décorés. Nous constatons aussi que la chambre est envahie par la végétation, ce qui ne correspond pas au texte selon lequel les arbres et les ronces entourent le parc du château, mais est d’un bel effet pour marquer le passage du temps, et donne une vision romantique de la scène. Ce dernier point relève certes d’une sensibilité plus contemporaine à l’illustrateur (XIXe siècle) qu’au conteur (XVIIe siècle), mais n’est pas totalement absente de la scène où les personnages sont destinés l’un à l’autre.

Justement, qu’en est-il des personnages ? Le prince surgit en contre-jour, au moment même où un large rayon de lumière pénètre dans la chambre et illumine la princesse « dont l’éclat resplendissant avait quelque chose de lumineux & de divin ». Il est montré en mouvement, troublé, déstabilisé, comme ébloui.

Pour autant, la princesse n’est pas représentée comme dans le conte puisqu’elle n’est pas vêtue « fort magnifiquement »  et « avec un collet monté ». Elle est en tenue légère, dans une position alanguie, telle une Vénus endormie. Doré confère une dimension sensuelle à la scène, qui rend compte d’une allusion érotique que l’on peut lire un peu plus loin dans le texte de Perrault : « la bonne fée, pendant un si long sommeil, avait procuré à la princesse le plaisir des songes agréables ».

 

En conclusion, Doré prend ici quelques libertés par rapport au conte, mais cela lui permet de combiner de manière heureuse plusieurs passages du texte.

L’analyse du rapport entre le texte et l’image peut s’appliquer à chacune des illustrations de Gustave Doré. Elle offre la possibilité d’une meilleure compréhension des contes de Perrault, et s’inscrit plus largement dans le cadre d’une réflexion sur les enjeux de l’illustration d’un texte littéraire.

Cette présentation a fait l’objet d’une vidéo bientôt disponible sur le site web de la BnF via la rubrique : « La BnF dans votre salon ».

Les contes de Perrault illustrés par Doré et le jeu des différences

Dans l’article « Les contes de Perrault illustrés par Doré et le jeu des différences » qui vient de paraître dans la revue Ondine, nous proposons de mettre les illustrations de Doré à l’épreuve du texte de Perrault, à l’instar du jeu bien connu des différences ou des erreurs. Relever les différences significatives entre le texte et l’image, au-delà de son aspect pédagogique et ludique, permet en effet d’évaluer l’impact que l’illustration peut avoir sur la compréhension du texte. Cliquer ici pour lire l’article

L’édition Perrault-Doré : un objet-livre extraordinaire

Pour mettre en valeur son art, Gustave Doré forme le projet d’illustrer les grandes œuvres de la littérature en très grand format et dans une édition luxueuse. La rencontre avec l’éditeur Pierre-Jules Hetzel lui permet de réaliser Les Contes de Perrault.

L’ouvrage paraît dans un format grand in-folio, monumental pour un livre.

couverture de percaline rouge décorée et dorée

Source : BnF, Gallica

 

Que l’on en juge par ses dimensions :

– hauteur : 43,5 cm
– largeur : 32 cm
– épaisseur : 5 cm
– poids : 4,2 kg !

 

 

 

 

 

 

Et, en guise de comparaison avec la première édition imprimée des Histoires et contes du temps passé, chez l’éditeur Barbin en 1697, nous proposons l’image suivante (réalisée par montage, échelle respectée) qui donne à voir les deux livres ensemble :

Source des images : BnF, Gallica et Bib. Interuniversitaire de la Sorbonne, NuBIS.

Que l’on juge aussi du luxe de l’édition :
– premier plat de couverture et dos ornés et dorés avec des fers spéciaux.
– papier vélin (un papier épais sans grain, soyeux et lisse), quelques exemplaires sont tirés sur   papier vergé de Hollande, et papier de Chine pour les planches.
– noms des graveurs au verso de la page de faux-titre.
– frontispice pleine page et vignette de Doré sur la page de titre.

Et enfin, 40 compositions pleine page, hors-texte pour les neuf contes de l’édition. Le luxe de cette édition tient pour beaucoup à la qualité exceptionnelle des illustrations, liée à la technique utilisée, la gravure sur bois de bout, dite aussi gravure de teinte, qui permet une finesse de détails et des effets de contrastes spectaculaires.

L’ouvrage paraît en novembre 1861 pour la fête familiale des étrennes au prix élevé de 70 Fr relié (le salaire mensuel moyen d’un ouvrier est alors de 100 Fr.). L’éditeur, qui signe la préface, s’en explique : « Cette extraordinaire édition va coûter beaucoup d’argent… […] mais avouez qu’elle est vraiment hors de comparaison avec toutes celles qui l’ont précédée, cette édition de Perrault, & qu’on a bien fait de donner à ce premier de nos livres, à ce premier de nos classiques, cette forme magnifique & magistrale ». L’ouvrage connaîtra en effet un grand succès et de nombreuses rééditions en France et à l’étranger.

Sources des images : BnF, Gallica ; BIS, NuBIS.

Quand Doré transforme un chat en icône

 

L’édition Hetzel des contes de Perrault illustrés par Gustave Doré, parue en 1861, est emblématique de l’illustration des contes merveilleux. Parmi les quarante images de cet ouvrage, celle du conte « Le Chat botté », représentant la scène du chat appelant à l’aide lors de la fausse noyade a connu depuis un destin remarquable. Comment expliquer son succès extraordinaire, immédiat et durable ?

Tout d’abord, elle remplace l’ornement initial de la couverture dans une réédition de l’ouvrage en 1867, et a pris place sur la couverture de plusieurs éditions étrangères : de l’édition russe en 1867, allemande en 1872, danoise en 1873, anglaise et néerlandaise en 1876.

De même, l’image de Doré, plus exactement le chat, fut rapidement une source d’inspiration au théâtre, puis au cinéma (les films d’animation Nagagutsu o haita neko du studio japonais Toei en 1969 ou Shrek 2 à Puss in boots des studios Dreamworks de 2004 à 2015). Dans l’imaginaire collectif, elle est devenue emblématique des contes de Perrault, voire des contes merveilleux en général.

Nombreux furent les dessinateurs, avant et après Doré, à illustrer la scène du chat appelant à l’aide. Pourquoi celle de Doré connaît-elle un tel succès ? Comparons-là par exemple à celle de A. Chasselat (1810) ou J. J. Grandville (1837) :

Source : BnF, Gallica

Copyright : Musée des beaux- arts de Nancy

L’image de Doré révèle un chat spectaculaire : botté, ceinturé, capé, chapeauté, plein de panache et aussi d’une étonnante agressivité ! On a un chat qui prend la lumière, et occulte le contexte narratif de la scène. Un chat qui, parce qu’il est détaché de son contexte originel, peut d’autant plus facilement être récupéré pour de nouveaux contextes, être repris et réinventé, prendre son autonomie par rapport au personnage d’origine du conte de Perrault, et vivre d’innombrables vies.

 L’article complet est à paraître bientôt sur le site de Fabula. Il fait suite à la communication de G. Chagrot et P.-E. Moog au colloque « Le Chat botté dans ses expansions hypertextuelles » qui s’est tenu à l’Université de Lille le 3 février 2020.