Les curieux dessins de la couverture et l’énigme de leur(s) auteur(s)

À la mesure du luxe de l’ouvrage Hetzel-Perrault-Doré, la couverture est somptueuse. Elle est décorée d’ornements graphiques et de dessins figuratifs sur le plat et sur le dos, qui intriguent. Ils sont plus ou moins clairement en relation avec des contes précis, et certains de ceux du dos sont même audacieux. Comment les comprendre ? Et qui en est l’auteur : Gustave Doré, l’illustrateur de l’ouvrage, ou Auguste Souze, le graveur-doreur de la couverture ?

La reliure et la couverture

L'édition Hetzel des contes de Perrault illustrés par Gustave Doré (photomontage).
L’édition Hetzel des contes de Perrault illustrés par Gustave Doré. Vue des plats de couverture et du dos (photomontage).

Commençons par examiner attentivement la reliure. Il s’agit d’une reliure industrielle qui utilise pour matériau de couvrure la percaline (décorée avant la couvrure à l’aide de plaques à gaufrer et de plaques à dorer). L’édition Hetzel est proposée en deux couleurs : rouge et bleu nuit. Le rouge est plébiscité par les acheteurs, et fort de son succès, devint emblématique de l’édition Hetzel.

Sur la couverture, on peut lire « ENGEL REL » sur le filet doré qui encadre la composition, au 1er comme au 2e plat : il s’agit de la signature du relieur Jean Engel (1811-1892).

Signature du relieur Jean Engel

Comme on peut le voir, le médaillon central contient le titrage du livre « Les contes de Perrault, compositions de Gustave Doré, édition Hetzel » encadré de quatre motifs figuratifs évoquant les contes, placés aux quatre coins de la couverture.

Le nom du relieur Engel figure aussi dans les volutes du décor du médaillon central du titre, à droite suivant la courbe du motif végétal. Cela signifie que c’est lui qui a commandé la plaque à dorer à un graveur en fer à dorer. On peut voir sa signature sur le motif symétrique : A. SOUZE. Il s’agit d’Auguste Souze (1829-1900), les deux lettres « S C » (abréviation de « sculpsit ») juxtaposées à son nom indiquent qu’il a gravé les plaques de la composition de la couverture ; la dorure est aussi réalisée à son atelier. Signatures du relieur Jean Engel et de l'ornemaniste Auguste Souze sur le plat de couverture.

Le dos de l’ouvrage, comme nous pouvons le voir ci-dessous, est également orné1 : le décor a été réalisé à partir d’une plaque à dorer à compartiments, et reprend le titrage « contes des fées », « Perrault », « composition de G. Doré », mais aussi « collection Hetzel », « P.-J. Stahl » (pseudonyme de Pierre-Jules Hetzel) qui a signé la préface. Les éléments de texte alternent avec six motifs frappés aux fers à dorer évoquant les contes. Ces fers spéciaux gravés sont la propriété de l’éditeur.

Les contes de Perrault illustrés par Gustave Doré. Édition Hetzel, 1862. Dos

Les dessins

Revenons maintenant aux dessins figuratifs de la couverture, probablement commandés par l’éditeur Hetzel. Dans les quatre écussons entourés d’un motif végétal décor rocaille, on peut voir des objets symboliques des contes. Mais est-il si facile de les associer chacun à un conte précis ? En haut à gauche, la quenouille renvoie certainement à « La Belle au bois dormant », à droite la couronne et le sceptre évoquent possiblement « Peau d’Âne ». En bas à gauche, la clé croisant l’épée renvoie indéniablement à « La Barbe bleue », tandis qu’à droite, le coutelas serait peut-être celui de l’ogre du Petit Poucet. Mais l’ouvrage comporte neuf récits. Pourquoi seulement ces dessins et ces contes en particulier ?

Continuer la lecture
  1. Le dos est celui de l’exemplaire de la Bibliothèque du château de Chantilly. Nous remercions Marie-Pierre Dion et Hélène Jacquemard pour cette image. []

Les premières éditions espagnoles des Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré

Dans l’article « Les premières éditions espagnoles des Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré », qui vient de paraître dans la revue Ondine (2021, n°6) nous nous intéressons à l’édition en langue espagnole publiée par Abel Ledoux, en mars 1863. Nous montrons que si celle-ci comprend l’ensemble des textes mais seulement une partie des illustrations de Doré, c’est fondamentalement le projet éditorial qui diffère, détournant le programme artistique et illustratif initial de l’édition Hetzel vers un modèle plus commercial. Cependant l’histoire des illustrations par Doré des contes de Perrault en Espagne n’a pas commencé avec l’édition Ledoux : une édition publiée dès 1862 par l’éditeur La Maravilla contient des illustrations qui leur ressemblent étonnamment. Leur comparaison met en valeur le projet illustratif fort de Doré.

Cliquer ici pour lire l’article

Ghislaine Chagrot, Pierre-Emmanuel Moog

Le burlesque des illustrations de Doré pour les contes de Perrault : le cas de Cendrillon au bal

Les 40 illustrations pour les Contes de Perrault que Gustave Doré réalise en 1861 ont marqué l’imaginaire collectif. On ne s’attendrait pas à y trouver un registre burlesque, car les contes de Charles Perrault mettent en scène de nombreux drames et des moments tragiques (que l’on pense par exemple au Petit chaperon rouge dévoré par le loup ou au sort funeste jeté à la Belle au bois dormant par la fée qui n’avait pas été invitée à son baptême).

Si bon nombre d’illustrations de Doré montrent bien une vision dramatique, il n’en reste pas moins que quelques-unes relèvent totalement ou en partie du burlesque. Parmi elles, celle illustrant l’arrivée de Cendrillon dans la salle de bal.

Voici le passage du texte correspondant à la scène :

Il se fit alors un grand silence ; on cessa de danser, et les violons ne jouèrent plus tant on était attentif à contempler les grandes beautés de cette inconnue.

Les Contes de Perrault, édition Hetzel,1862, p. 26

Il se trouve que Doré avait déjà illustré, en 1857, une scène similaire représentant l’arrivée retentissante d’une princesse au bal pour « Histoire de la princesse Rosette » de la Comtesse de Ségur.

La scène de bal y est représentée de manière classique. Il en va autrement pour celle de Cendrillon qui comporte de très nombreux détails qui participent d’une mise en scène burlesque.

L’effet de foule
En premier lieu, ce qui frappe, c’est la foule cartoonesque autour de Cendrillon : les courtisans se bousculent et s’écrasent les uns contre les autres. Au milieu de cette masse compacte, des visages apparaissent, dessinés d’une manière comique ou grotesque. Certains ont des regards en coin ou louchent. Un quidam, à gauche sur l’image, le bras levé et le visage bouffi, semble s’époumoner : chercherait-t-il à remettre de l’ordre ? À droite, une grosse femme tente d’arrêter deux courtisans se penchant avec trop de curiosité sans retenue vers la jeune fille, l’un par la manche, l’autre par le bras : serait-elle agacée ou jalouse ?

Continuer la lecture

Une image de la Belle endormie : la Belle au bois dormant de Doré

Sur les 40 illustrations que Gustave Doré fournit pour Les Contes de Perrault, il en consacre 6 à « La Belle au bois dormant ». Voici la dernière, qui correspond à la scène où le prince découvre la princesse encore endormie :

Doré illustre a priori  l’extrait suivant du texte de Perrault :

[Le prince] entra dans une chambre toute dorée, & il vit sur un lit, dont les rideaux étaient ouverts de tous côtés, le plus beau spectacle qu’il eût jamais vu : une princesse qui paraissait avoir quinze ou seize ans, & dont l’éclat resplendissant avait quelque chose de lumineux & de divin. Il s’approcha en tremblant & en admirant […] elle était tout habillée, fort magnifiquement, mais il se garda bien de lui dire qu’elle était habillée comme ma mère-grand, & qu’elle avait un collet monté.

L’illustration de Doré correspond-elle au conte de Perrault ? Regardons d’abord le cadre général, puis les personnages. Continuer la lecture

Les contes de Perrault illustrés par Doré et le jeu des différences

Dans l’article « Les contes de Perrault illustrés par Doré et le jeu des différences » qui vient de paraître dans la revue Ondine (2019, n°4), nous proposons de mettre les illustrations de Doré à l’épreuve du texte de Perrault, à l’instar du jeu bien connu des différences ou des erreurs. Relever les différences significatives entre le texte et l’image, au-delà de son aspect pédagogique et ludique, permet en effet d’évaluer l’impact que l’illustration peut avoir sur la compréhension du texte.

Cliquer ici pour lire l’article

Ghislaine Chagrot, Pierre-Emmanuel Moog

L’édition Perrault-Doré : un objet-livre extraordinaire

Pour mettre en valeur son art, Gustave Doré forme le projet d’illustrer les grandes œuvres de la littérature en très grand format et dans une édition luxueuse. La rencontre avec l’éditeur Pierre-Jules Hetzel lui permet de réaliser Les Contes de Perrault.

L’ouvrage paraît dans un format grand in-folio, monumental pour un livre.

couverture des contes de Perrault illustrés par Gustave Doré
Source : BnF, Gallica

Que l’on en juge par ses dimensions :

– hauteur : 43,5 cm
– largeur : 32 cm
– épaisseur : 5 cm
– poids : 4,2 kg !

Et, en guise de comparaison avec la première édition imprimée des Histoires et contes du temps passé, chez l’éditeur Barbin en 1697, nous proposons l’image suivante (réalisée par montage, échelle respectée) qui donne à voir les deux livres ensemble :

 

Format de l'édition Hetzel comparée à celui de l'édition Barbin des contes de Perrault
Source des images : BnF, Gallica et Bib. Interuniversitaire de la Sorbonne, NuBIS.
Continuer la lecture

Quand Doré transforme un chat en icône

L’édition Hetzel des contes de Perrault illustrés par Gustave Doré, parue en 1861, est emblématique de l’illustration des contes merveilleux. Parmi les quarante images de cet ouvrage, celle du conte « Le Chat botté », représentant la scène du chat appelant à l’aide lors de la fausse noyade a connu depuis un destin remarquable. Comment expliquer son succès extraordinaire, immédiat et durable ?Le fils du meunier est dans l'eau tandis que le chat appel à l'aide

Tout d’abord, elle remplace l’ornement initial de la couverture dans une réédition de l’ouvrage en 1867, et a pris place sur la couverture de plusieurs éditions étrangères : de l’édition russe en 1867, allemande en 1872, danoise en 1873, anglaise et néerlandaise en 1876.

Couvertures  des contes de Perrault illustrés par Gustave Doré des éditions française et étrangères (russe, allemande, danoise, néerlandaise, italienne) qui reproduisent le chat

Couvertures française et étrangères des Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré.

Continuer la lecture