Une image de la Belle endormie : la Belle au bois dormant de Doré

Sur les 40 illustrations que Gustave Doré fournit pour Les Contes de Perrault, il en consacre 6 à « La Belle au bois dormant ». Voici la dernière, qui correspond à la scène où le prince découvre la princesse encore endormie :

Doré illustre a priori  l’extrait suivant du texte de Perrault :

[Le prince] entra dans une chambre toute dorée, & il vit sur un lit, dont les rideaux étaient ouverts de tous côtés, le plus beau spectacle qu’il eût jamais vu : une princesse qui paraissait avoir quinze ou seize ans, & dont l’éclat resplendissant avait quelque chose de lumineux & de divin. Il s’approcha en tremblant & en admirant […] elle était tout habillée, fort magnifiquement, mais il se garda bien de lui dire qu’elle était habillée comme ma mère-grand, & qu’elle avait un collet monté.

L’illustration de Doré correspond-elle au conte de Perrault ? Regardons d’abord le cadre général, puis les personnages.

Qu’en est-il du cadre ? La chambre n’est pas dorée (noir et blanc oblige) mais il s’agit bien d’une chambre de princesse comme le montre la taille monumentale du lit à baldaquin et de la cheminée, tous deux richement décorés. Nous constatons aussi que la chambre est envahie par la végétation, ce qui ne correspond pas au texte selon lequel les arbres et les ronces entourent le parc du château, mais est d’un bel effet pour marquer le passage du temps, et donne une vision romantique de la scène. Ce dernier point relève certes d’une sensibilité plus contemporaine à l’illustrateur (XIXe siècle) qu’au conteur (XVIIe siècle), mais n’est pas totalement absente de la scène où les personnages sont destinés l’un à l’autre.

Justement, qu’en est-il des personnages ? Le prince surgit en contre-jour, au moment même où un large rayon de lumière pénètre dans la chambre et illumine la princesse « dont l’éclat resplendissant avait quelque chose de lumineux & de divin ». Il est montré en mouvement, troublé, déstabilisé, comme ébloui.

Pour autant, la princesse n’est pas représentée comme dans le conte puisqu’elle n’est pas vêtue « fort magnifiquement »  et « avec un collet monté ». Elle est en tenue légère, dans une position alanguie, telle une Vénus endormie. Doré confère une dimension sensuelle à la scène, qui rend compte d’une allusion érotique que l’on peut lire un peu plus loin dans le texte de Perrault : « la bonne fée, pendant un si long sommeil, avait procuré à la princesse le plaisir des songes agréables ».

En conclusion, Doré prend ici quelques libertés par rapport au conte, mais cela lui permet de combiner de manière heureuse plusieurs passages du texte.

L’analyse du rapport entre le texte et l’image peut s’appliquer à chacune des illustrations de Gustave Doré. Elle offre la possibilité d’une meilleure compréhension des contes de Perrault, et s’inscrit plus largement dans le cadre d’une réflexion sur les enjeux de l’illustration d’un texte littéraire.

Cette présentation a fait l’objet d’une vidéo bientôt disponible sur le site web de la BnF via la rubrique : « La BnF dans votre salon ».

Ghislaine Chagrot et Pierre-Emmanuel Moog


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Administrateur (2 novembre 2020). Une image de la Belle endormie : la Belle au bois dormant de Doré. Les Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/st33


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.