Le burlesque des illustrations de Doré pour les contes de Perrault : le cas de Cendrillon au bal

Les 40 illustrations pour les Contes de Perrault que Gustave Doré réalise en 1861 ont marqué l’imaginaire collectif. On ne s’attendrait pas à y trouver un registre burlesque, car les contes de Charles Perrault mettent en scène de nombreux drames et des moments tragiques (que l’on pense par exemple au Petit chaperon rouge dévoré par le loup ou au sort funeste jeté à la Belle au bois dormant par la fée qui n’avait pas été invitée à son baptême).

Si bon nombre d’illustrations de Doré montrent bien une vision dramatique, il n’en reste pas moins que quelques-unes relèvent totalement ou en partie du burlesque. Parmi elles, celle illustrant l’arrivée de Cendrillon dans la salle de bal.

Voici le passage du texte correspondant à la scène :

Il se fit alors un grand silence ; on cessa de danser, et les violons ne jouèrent plus tant on était attentif à contempler les grandes beautés de cette inconnue.

Les Contes de Perrault, édition Hetzel,1862, p. 26

Il se trouve que Doré avait déjà illustré, en 1857, une scène similaire représentant l’arrivée retentissante d’une princesse au bal pour “Histoire de la princesse Rosette” de la Comtesse de Ségur.

La scène de bal y est représentée de manière classique. Il en va autrement pour celle de Cendrillon qui comporte de très nombreux détails qui participent d’une mise en scène burlesque.

L’effet de foule
En premier lieu, ce qui frappe, c’est la foule cartoonesque autour de Cendrillon : les courtisans se bousculent et s’écrasent les uns contre les autres. Au milieu de cette masse compacte, des visages apparaissent, dessinés d’une manière comique ou grotesque. Certains ont des regards en coin ou louchent. Un quidam, à gauche sur l’image, le bras levé et le visage bouffi, semble s’époumoner : chercherait-t-il à remettre de l’ordre ? À droite, une grosse femme tente d’arrêter deux courtisans se penchant avec trop de curiosité sans retenue vers la jeune fille, l’un par la manche, l’autre par le bras : serait-elle agacée ou jalouse ?

La distorsion des corps et des costumes
Si Doré montre un invité (à l’extrême droite, légèrement derrière la mêlée) se penchant pour tenter d’apercevoir Cendrillon, il en dessine par ailleurs deux autres, à l’arrière plan, avec des corps étirés, télescopiques, pour “traduire” la curiosité extrême que suscite l’éblouissante inconnue.

Il se trouve qu’il a également utilisé ce procédé pour la scène titrée  « Les joueurs de boules » de l’album Les différents publics de Paris où il croque la vie publique parisienne, qu’il publie en 1856 pour le Journal amusant.

joueurs de boules

Costumés à la mode du règne d’Henri III, les femmes arborent des collerettes en éventail immenses, tandis que, au premier plan, les hommes, portant des hauts de chausses courts, montrés de dos et penchés vers l’avant, sont dans une position assez cocasse.

Le prince
Doré dessine le prince d’une manière quasi-caricaturale. Ses cheveux sont hirsutes, dressés comme sa collerette, les manches de son pourpoint sont hypertrophiées, et son pas révérencieux, jambes croisées et pieds perpendiculaires, le montre en déséquilibre. Enfin, il est étonnamment plus âgé que Cendrillon. Peut-être faut-il y voir un renvoi au couple impérial régnant : Napoléon III et Eugénie de Montijo ?

Finalement dans cette scène, il n’y a guère que Cendrillon qui soit représentée de manière réaliste, légèrement écrasée par la foule et l’air un peu songeur, peut-être se disant : « ils sont tous fous ! ».

La forte tonalité burlesque de cette scène est d’autant plus frappante qu’elle ne se retrouve pas directement dans le texte de Perrault.

Le choix du burlesque par l’illustrateur peut-il s’expliquer par des raisons graphiques ? Il ne s’agit pas, en tous les cas, d’assurer une continuité puisque l’illustration précédente et la suivante ne sont pas dans la même veine ; ou au contraire, sert-il alors à créer un changement de rythme ? Relèverait-t-il d’un simple amusement de la part de l’artiste qui a commencé sa carrière comme dessinateur comique pour la presse ? Ou bien d’une sorte de détente, alors qu’il travaille à la même période à l’œuvre tragique de Dante, lui permettant de alors de « rasséréner son crayon, au sortir des épouvantes un peu monocordes de l’enfer », comme l’indique l’éditeur Hetzel dans la préface ?

Au-delà de ces raisons graphiques, il convient de se demander s’il y a des raisons narratives qui amènent Doré, en tant qu’illustrateur appliqué à éclairer le texte, à choisir ce registre ?

La scène de bal de Cendrillon n’est pas une scène comique mais une scène galante et merveilleuse. En effet, l’arrivée de Cendrillon qui par sa beauté et sa grâce produit un effet de sidération, un enchantement pur, relève pleinement du merveilleux. Comment l’illustrateur pouvait-il représenter ce temps suspendu ? Le burlesque permet à Doré de le « traduire »  graphiquement par un mouvement de foule : Cendrillon capte les regards et fait tourner les têtes, au sens propre comme au figuré.

Ainsi le comique sert à mettre en exergue l’apparition merveilleuse de Cendrillon au bal.

Ghislaine Chagrot et Pierre-Emmanuel Moog

~~

Ce thème a fait l’objet d’une vidéo (incluant la présentation d’une autre illustration concernant le conte « Le Chat botté »), diffusée en direct le 26 février 2021, et disponible sur la page Facebook de la BnF, via l’évènement : « La BnF dans votre salon : les illustrations burlesques de Doré ».


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Administrateur (13 mars 2021). Le burlesque des illustrations de Doré pour les contes de Perrault : le cas de Cendrillon au bal. Les Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/st34


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.