Les curieux dessins de la couverture et l’énigme de leur(s) auteur(s)

À la mesure du luxe de l’ouvrage Hetzel-Perrault-Doré, la couverture est somptueuse. Elle est décorée d’ornements graphiques et de dessins figuratifs sur le plat et sur le dos, qui intriguent. Ils sont plus ou moins clairement en relation avec des contes précis, et certains de ceux du dos sont même audacieux. Comment les comprendre ? Et qui en est l’auteur : Gustave Doré, l’illustrateur de l’ouvrage, ou Auguste Souze, le graveur-doreur de la couverture ?

La reliure et la couverture

L'édition Hetzel des contes de Perrault illustrés par Gustave Doré (photomontage).
L’édition Hetzel des contes de Perrault illustrés par Gustave Doré. Vue des plats de couverture et du dos (photomontage).

Commençons par examiner attentivement la reliure. Il s’agit d’une reliure industrielle qui utilise pour matériau de couvrure la percaline (décorée avant la couvrure à l’aide de plaques à gaufrer et de plaques à dorer). L’édition Hetzel est proposée en deux couleurs : rouge et bleu nuit. Le rouge est plébiscité par les acheteurs, et fort de son succès, devint emblématique de l’édition Hetzel.

Sur la couverture, on peut lire « ENGEL REL » sur le filet doré qui encadre la composition, au 1er comme au 2e plat : il s’agit de la signature du relieur Jean Engel (1811-1892).

Signature du relieur Jean Engel

Comme on peut le voir, le médaillon central contient le titrage du livre « Les contes de Perrault, compositions de Gustave Doré, édition Hetzel » encadré de quatre motifs figuratifs évoquant les contes, placés aux quatre coins de la couverture.

Le nom du relieur Engel figure aussi dans les volutes du décor du médaillon central du titre, à droite suivant la courbe du motif végétal. Cela signifie que c’est lui qui a commandé la plaque à dorer à un graveur en fer à dorer. On peut voir sa signature sur le motif symétrique : A. SOUZE. Il s’agit d’Auguste Souze (1829-1900), les deux lettres « S C » (abréviation de “sculpsit”) juxtaposées à son nom indiquent qu’il a gravé les plaques de la composition de la couverture ; la dorure est aussi réalisée à son atelier. Signatures du relieur Jean Engel et de l'ornemaniste Auguste Souze sur le plat de couverture.

Le dos de l’ouvrage, comme nous pouvons le voir ci-dessous, est également orné1 : le décor a été réalisé à partir d’une plaque à dorer à compartiments, et reprend le titrage « contes des fées », « Perrault », « composition de G. Doré », mais aussi « collection Hetzel », « P.-J. Stahl » (pseudonyme de Pierre-Jules Hetzel) qui a signé la préface. Les éléments de texte alternent avec six motifs frappés aux fers à dorer évoquant les contes. Ces fers spéciaux gravés sont la propriété de l’éditeur.

Les contes de Perrault illustrés par Gustave Doré. Édition Hetzel, 1862. Dos

Les dessins

Revenons maintenant aux dessins figuratifs de la couverture, probablement commandés par l’éditeur Hetzel. Dans les quatre écussons entourés d’un motif végétal décor rocaille, on peut voir des objets symboliques des contes. Mais est-il si facile de les associer chacun à un conte précis ? En haut à gauche, la quenouille renvoie certainement à « La Belle au bois dormant », à droite la couronne et le sceptre évoquent possiblement « Peau d’Âne ». En bas à gauche, la clé croisant l’épée renvoie indéniablement à « La Barbe bleue », tandis qu’à droite, le coutelas serait peut-être celui de l’ogre du Petit Poucet. Mais l’ouvrage comporte neuf récits. Pourquoi seulement ces dessins et ces contes en particulier ?

Si le fuseau et le groupe clé-épée emblématisent chacun clairement un conte, les deux autres dessins (les regalia et le coutelas) sont plus équivoques. S’il s’agit bien de suggérer « Peau d’Âne », un âne ou un gâteau avec une bague ne seraient-il pas plus évocateurs ? Ou, pour « Le Petit Poucet » des bottes ? Et pourquoi ne pas représenter un crapaud pour « Les Fées », ou une citrouille ou une pantoufle pour « Cendrillon » ? Faut-il y voir une répartition délibérée entre des objets inanimés sur le plat de couverture et, comme nous le verrons, des représentations d’êtres vivants sur le dos de l’ouvrage ? Enfin, s’il s’agissait de représenter un objet générique des contes de fées, une baguette magique (avec quelques étoiles autour) ne serait-elle pas le plus approprié ?

Hetzel a-t-il demandé ces dessins à Doré ou bien à Souze qui se serait inspiré de ceux de Doré pour les réaliser ? En effet, ces dessins sont simples et suffisamment génériques pour que le graveur ait pu les reproduire en s’inspirant des illustrations intérieures du livre. D’ailleurs, une facture de Souze2 concernant des travaux pour Hetzel mentionne, outre ses plaques et des titres, des sujets (ici un « enfant jouant à saute-mouton ») pour les plats de couverture, signe d’une pratique courante dans l’édition.

Venons-en maintenant aux six dessins du dos. Certains d’entre eux ne sont clairement pas de la même facture que ceux des plats de couverture. Nous voyons, de la tête à la queue du livre :

1. un château

Premier médaillon du dos contenant un château

2. un visage de profil, plutôt d’un homme, portant couronne et bésicles Deuxième médaillon du dos contenant un visage de profil, plutôt d’un homme, portant couronne et bésicles

3. un chat assis sur un tabouret, croisant les jambes.

Les contes de Perrault illustrés par Gustave Doré. Dessin du 3e médaillon.

4. un visage de profil d’une femme couronnée

.Les contes de Perrault illustrés par Gustave Doré. Dessin du 4e médaillon.

5. une galette et un pot de beurre

L'édition Hetzel des contes de Perrault illustrés par Gustave Doré :4e médaillon du dos contenant ne galette et un pot de beurre

6. un château.

Dernier médaillon du dos contenant un château

Les deux châteaux qui encadrent les motifs du dos sont sans doute supposés représenter l’univers des contes de fées. Il est évident que la figure n°5 des provisions, assez simple, renvoie au « Petit chaperon rouge ». Mais les autres figures, plus stylisées, relèvent moins de la paraphrase et abordent le domaine de l’interprétation. Ainsi, la figure n°3 du chat, pas encore botté, mais arborant un sourire en coin, introduit une connivence avec le regardeur, et présage des mauvais coups qu’il s’apprête à faire. La figure n°2 d’un visage royal est plus énigmatique. Son sourire est-il narquois ? Son visage est-il ridé ? Serait-ce le père incestueux de Peau d’Âne ? Ou bien une composition mêlant la figure d’un roi avec les traits vieillis typiques de la vieille femme (marraine ou grand-mère) des dessins de Doré ? Enfin, la figure n°4 d’un visage féminin, à regarder de près, a les yeux fermés : il s’agit certainement de la Belle au bois dormant !

S’il est difficile de désigner avec certitude l’auteur des dessins des plats de couverture, la touche personnelle et artistique des dessins du dos du livre est un élément qui penche nettement en faveur de leur attribution à Doré. Nous n’en avons cependant aucune preuve formelle puisque le contrat avec son éditeur (sous forme de lettre d’engagement), daté du 10 octobre 1860, ne prévoit que des dessins pleine page (au « format in quarto »). Pourtant cela n’exclut pas la possibilité que l’éditeur ait pu demander, par la suite, des dessins supplémentaires. Ainsi, dans le cas d’un autre projet éditorial entre Hetzel et Doré concernant les Mille et Une Nuits, alors que la lettre d’engagement initiale ne prévoyait que des « dessins dans les formats des Contes de Perrault », finalement un contrat en bonne et due forme établi par Hetzel en 1869 inclut également des « petits dessins en formes de têtes de page et de culs de lampe pour le commencement ou la fin de chaque conte, soit en dessins destinés à être insérés dans le texte »3.

L’enjeu étant la maitrise entière4 pour l’artiste, des aspects illustratifs de l’ouvrage titré à son nom, comment Gustave Doré aurait-il pu laisser un autre interférer avec ses propres images ?


Ghislaine Chagrot, Pierre-Emmanuel Moog

  1. Le dos est celui de l’exemplaire de la Bibliothèque du château de Chantilly. Nous remercions Marie-Pierre Dion et Hélène Jacquemard pour cette image. []
  2. du 28 novembre 1863. Source: BnF. NAF17059-fol. 36 []
  3. Source : Imec- Archives Hetzel-cote HTZ 2.21-Traité n° 292 []
  4. D’ailleurs, cette volonté de s’affranchir des contraintes imposées par un éditeur amène Doré à réaliser puis à faire exécuter lui-même les gravures de ses dessins à ses frais en s’associant avec Hachette pour la publication de l’Enfer de Dante en 1861. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Administrateur (17 octobre 2021). Les curieux dessins de la couverture et l’énigme de leur(s) auteur(s). Les Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/st36


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.