Archives de catégorie : Articles

Parution : “Le merveilleux des contes de Perrault par Gustave Doré, à la lisière du fantastique”

Dans notre chapitre paru dans le catalogue de l’exposition La constellation Gustave Doré, p. 145-155, publié aux éditions des Musées de la Ville de Strasbourg, nous nous intéressons à la représentation du merveilleux des contes de Charles Perrault par Gustave Doré. 

Plutôt que de se saisir de toutes les scènes magiques possibles, Doré s’est montré très sélectif, privilégiant la représentation des pensées intérieures des personnages. En revanche, en s’appuyant sur les possibilités offertes par la technique de la gravure de teinte, il insère des figures fantomatiques plus ou moins discernables dans ses compositions, et confère ainsi aux contes une dimension quasi fantastique.

Ghislaine Chagrot et Pierre-Emmanuel Moog

Parution : “L’âge du petit chaperon rouge dans les illustrations”

Dans notre article “ L’âge du petit chaperon rouge dans les illustrations” qui vient de paraître dans la revue L’oiseau bleu (Université de Lille, Unité Labellisée de Recherche ALITHILA – Analyses Littéraires et Histoire de la Langue), nous nous intéressons à la représentation de l’héroïne dans les éditions illustrées du conte de Charles Perrault. L’âge de l’héroïne, celui d’une fillette encore immature, s’avère crucial pour la compréhension du récit, bien qu’un âge précis ne soit jamais indiqué explicitement.

La rencontre du Petit chaperon rouge et du loup

Pour autant, il est possible de l’approcher à partir de différents éléments du texte, et par comparaison avec le personnage de la version des frères Grimm. Or les très nombreuses rééditions représentent l’héroïne à des âges très différents, de la toute petite fille à la jeune femme, et une tendance au rajeunissement du personnage se dessine entre le XIXe et le XXe siècle, en meilleure conformité avec son âge dans le texte. Pourtant, il est difficile de rendre compte de cette évolution seulement par la volonté des illustrateurs d’une meilleure fidélité au récit. En effet, l’illustration dans son rapport au texte, reflète aussi bien la prise en compte de la moralité du conte que des logiques externes dictées par un modèle éditorial orienté vers la littérature de jeunesse.

Cliquer ici pour lire l’article

Ghislaine Chagrot et Pierre-Emmanuel Moog

Parution : “Quand Doré transforme un chat en icône.”

Dans notre article “Quand Doré transforme un chat en icône” qui vient de paraître dans les actes du colloque “Le Chat botté dans ses expansions hypertextuelles” sur le site Fabula, nous nous intéressons à une des illustrations de Gustave Doré pour Le Chat botté, celle représentant la scène du chat appelant à l’aide lors de la noyade du marquis de Carabas. La figure du chat, formidable, toutes griffes dehors, paré de pied en cape, a connu un destin extraordinaire : elle est devenue une icône des contes de Perrault et du merveilleux en général. Son succès s’explique par l’originalité de la composition immersive qui met le chat en vedette dans la scène et le rend plus impressionnant qu’il ne devrait l’être pour jouer son rôle narratif. Décalée dès l’origine de son contexte narratif, la figure du chat a pu ainsi prendre son autonomie pour s’adapter à d’autres contextes.

Cliquer ici pour lire l’article

Ghislaine Chagrot, Pierre-Emmanuel Moog

Parution : “Les premières éditions espagnoles des Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré.”

Dans notre article “Les premières éditions espagnoles des Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré”, qui vient de paraître dans la revue Ondine (2021, n°6) nous nous intéressons à l’édition en langue espagnole publiée par Abel Ledoux, en mars 1863. Nous montrons que si celle-ci comprend l’ensemble des textes mais seulement une partie des illustrations de Doré, c’est fondamentalement le projet éditorial qui diffère, détournant le programme artistique et illustratif initial de l’édition Hetzel vers un modèle plus commercial. Cependant l’histoire des illustrations par Doré des contes de Perrault en Espagne n’a pas commencé avec l’édition Ledoux : une édition publiée dès 1862 par l’éditeur La Maravilla contient des illustrations qui leur ressemblent étonnamment. Leur comparaison met en valeur le projet illustratif fort de Doré.

Cliquer ici pour lire l’article

Ghislaine Chagrot, Pierre-Emmanuel Moog

Parution : “Les contes de Perrault illustrés par Doré et le jeu des différences.”

Dans notre article “Les contes de Perrault illustrés par Doré et le jeu des différences” qui vient de paraître dans la revue Ondine (2019, n°4), nous proposons de mettre les illustrations de Doré à l’épreuve du texte de Perrault, à l’instar du jeu bien connu des différences ou des erreurs. Relever les différences significatives entre le texte et l’image, au-delà de son aspect pédagogique et ludique, permet en effet d’évaluer l’impact que l’illustration peut avoir sur la compréhension du texte.

Cliquer ici pour lire l’article

Ghislaine Chagrot, Pierre-Emmanuel Moog