Archives de catégorie : Colloques

Entretien avec deux illustrateurs des contes de Perrault

Nous avons mené un entretien croisé avec Jean Claverie et Philippe Jalbert sur leur expérience de l’illustration des contes de Perrault lors des journées d’étude à Strasbourg en mars 2022.

L’entretien a paru dans la Revue des livres pour enfants (n° 326, septembre 2022) du Centre national de la littérature pour la jeunesse de la BnF. Nous le publions avec leur aimable autorisation.

Pour lire l’article cliquer ici

Journées d’étude : “Gustave Doré et le livre illustré.”

à Strasbourg, les Jeudi 17 et vendredi 18 mars prochain se dérouleront les journées d’étude organisées dans le cadre de notre programme de recherches, en partenariat avec les Musées de la Ville de Strasbourg. Elles porteront un regard actualisé sur l’ œuvre imprimée de Gustave Doré en étudiant ses sources graphiques et littéraires et en situant sa production dans le paysage éditorial de l’illustration.

Quand Doré transforme un chat en icône

L’édition Hetzel des contes de Perrault illustrés par Gustave Doré, parue en 1861, est emblématique de l’illustration des contes merveilleux. Parmi les quarante images de cet ouvrage, celle du conte « Le Chat botté », représentant la scène du chat appelant à l’aide lors de la fausse noyade a connu depuis un destin remarquable. Comment expliquer son succès extraordinaire, immédiat et durable ?Le fils du meunier est dans l'eau tandis que le chat appel à l'aide

Nombreux furent les dessinateurs, avant et après Doré, à illustrer la scène du chat appelant à l’aide. Pourquoi celle de Doré connaît-elle un tel succès ? Comparons-là par exemple à celle de A. Chasselat (1810) ou J. J. Grandville (1837) :

La scène du chet appelant à l'aide alors que son maître le fils du meunier, feint de se noyer telle qu'elle est dessinée par Charles Chasselat vers 1810.

La scène du chet appelant à l'aide alors que son maître le fils du meunier, feint de se noyer par Grandville vers 1837.

“Le chat botté”: dessin de Grandville, vers 1837. Copyright : Musée des beaux- arts de Nancy.

L’image de Doré révèle un chat spectaculaire : botté, ceinturé, capé, chapeauté, plein de panache et aussi d’une étonnante agressivité ! On a un chat qui prend la lumière, et occulte le contexte narratif de la scène. Un chat qui, parce qu’il est détaché de son contexte originel, peut d’autant plus facilement être récupéré pour de nouveaux contextes, être repris et réinventé, prendre son autonomie par rapport au personnage d’origine du conte de Perrault, et vivre d’innombrables vies.

 L’article complet est à paraître bientôt sur le site de Fabula. Il fait suite à notre communication au colloque « Le Chat botté dans ses expansions hypertextuelles » qui s’est tenu à l’Université de Lille le 3 février 2020.

Ghislaine Chagrot et Pierre-Emmanuel Moog