Archives mensuelles : mars 2021

Le burlesque des illustrations de Doré pour les contes de Perrault : le cas de Cendrillon au bal

Les 40 illustrations pour les Contes de Perrault que Gustave Doré réalise en 1861 ont marqué l’imaginaire collectif. On ne s’attendrait pas à y trouver un registre burlesque, car les contes de Charles Perrault mettent en scène de nombreux drames et des moments tragiques (que l’on pense par exemple au Petit chaperon rouge dévoré par le loup ou au sort funeste jeté à la Belle au bois dormant par la fée qui n’avait pas été invitée à son baptême).

Si bon nombre d’illustrations de Doré montrent bien une vision dramatique, il n’en reste pas moins que quelques-unes relèvent totalement ou en partie du burlesque. Parmi elles, celle illustrant l’arrivée de Cendrillon dans la salle de bal.

Voici le passage du texte correspondant à la scène :

Il se fit alors un grand silence ; on cessa de danser, et les violons ne jouèrent plus tant on était attentif à contempler les grandes beautés de cette inconnue.

Les Contes de Perrault, édition Hetzel,1862, p. 26

Il se trouve que Doré avait déjà illustré, en 1857, une scène similaire représentant l’arrivée retentissante d’une princesse au bal pour “Histoire de la princesse Rosette” de la Comtesse de Ségur.

La scène de bal y est représentée de manière classique. Il en va autrement pour celle de Cendrillon qui comporte de très nombreux détails qui participent d’une mise en scène burlesque.

L’effet de foule
En premier lieu, ce qui frappe, c’est la foule cartoonesque autour de Cendrillon : les courtisans se bousculent et s’écrasent les uns contre les autres. Au milieu de cette masse compacte, des visages apparaissent, dessinés d’une manière comique ou grotesque. Certains ont des regards en coin ou louchent. Un quidam, à gauche sur l’image, le bras levé et le visage bouffi, semble s’époumoner : chercherait-t-il à remettre de l’ordre ? À droite, une grosse femme tente d’arrêter deux courtisans se penchant avec trop de curiosité sans retenue vers la jeune fille, l’un par la manche, l’autre par le bras : serait-elle agacée ou jalouse ?

Continuer la lecture