Archives par étiquette : Intericonicité

Parution : “L’âge du petit chaperon rouge dans les illustrations”

Dans notre article “ L’âge du petit chaperon rouge dans les illustrations” qui vient de paraître dans la revue L’oiseau bleu (Université de Lille, Unité Labellisée de Recherche ALITHILA – Analyses Littéraires et Histoire de la Langue), nous nous intéressons à la représentation de l’héroïne dans les éditions illustrées du conte de Charles Perrault. L’âge de l’héroïne, celui d’une fillette encore immature, s’avère crucial pour la compréhension du récit, bien qu’un âge précis ne soit jamais indiqué explicitement.

La rencontre du Petit chaperon rouge et du loup

Pour autant, il est possible de l’approcher à partir de différents éléments du texte, et par comparaison avec le personnage de la version des frères Grimm. Or les très nombreuses rééditions représentent l’héroïne à des âges très différents, de la toute petite fille à la jeune femme, et une tendance au rajeunissement du personnage se dessine entre le XIXe et le XXe siècle, en meilleure conformité avec son âge dans le texte. Pourtant, il est difficile de rendre compte de cette évolution seulement par la volonté des illustrateurs d’une meilleure fidélité au récit. En effet, l’illustration dans son rapport au texte, reflète aussi bien la prise en compte de la moralité du conte que des logiques externes dictées par un modèle éditorial orienté vers la littérature de jeunesse.

Cliquer ici pour lire l’article

Ghislaine Chagrot et Pierre-Emmanuel Moog

Parution : “Quand Doré transforme un chat en icône.”

Dans notre article “Quand Doré transforme un chat en icône” qui vient de paraître dans les actes du colloque “Le Chat botté dans ses expansions hypertextuelles” sur le site Fabula, nous nous intéressons à une des illustrations de Gustave Doré pour Le Chat botté, celle représentant la scène du chat appelant à l’aide lors de la noyade du marquis de Carabas. La figure du chat, formidable, toutes griffes dehors, paré de pied en cape, a connu un destin extraordinaire : elle est devenue une icône des contes de Perrault et du merveilleux en général. Son succès s’explique par l’originalité de la composition immersive qui met le chat en vedette dans la scène et le rend plus impressionnant qu’il ne devrait l’être pour jouer son rôle narratif. Décalée dès l’origine de son contexte narratif, la figure du chat a pu ainsi prendre son autonomie pour s’adapter à d’autres contextes.

Cliquer ici pour lire l’article

Ghislaine Chagrot, Pierre-Emmanuel Moog

Parution : “Les premières éditions espagnoles des Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré.”

Dans notre article “Les premières éditions espagnoles des Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré”, qui vient de paraître dans la revue Ondine (2021, n°6) nous nous intéressons à l’édition en langue espagnole publiée par Abel Ledoux, en mars 1863. Nous montrons que si celle-ci comprend l’ensemble des textes mais seulement une partie des illustrations de Doré, c’est fondamentalement le projet éditorial qui diffère, détournant le programme artistique et illustratif initial de l’édition Hetzel vers un modèle plus commercial. Cependant l’histoire des illustrations par Doré des contes de Perrault en Espagne n’a pas commencé avec l’édition Ledoux : une édition publiée dès 1862 par l’éditeur La Maravilla contient des illustrations qui leur ressemblent étonnamment. Leur comparaison met en valeur le projet illustratif fort de Doré.

Cliquer ici pour lire l’article

Ghislaine Chagrot, Pierre-Emmanuel Moog

Quand Doré transforme un chat en icône

L’édition Hetzel des contes de Perrault illustrés par Gustave Doré, parue en 1861, est emblématique de l’illustration des contes merveilleux. Parmi les quarante images de cet ouvrage, celle du conte « Le Chat botté », représentant la scène du chat appelant à l’aide lors de la fausse noyade a connu depuis un destin remarquable. Comment expliquer son succès extraordinaire, immédiat et durable ?Le fils du meunier est dans l'eau tandis que le chat appel à l'aide

Nombreux furent les dessinateurs, avant et après Doré, à illustrer la scène du chat appelant à l’aide. Pourquoi celle de Doré connaît-elle un tel succès ? Comparons-là par exemple à celle de A. Chasselat (1810) ou J. J. Grandville (1837) :

La scène du chet appelant à l'aide alors que son maître le fils du meunier, feint de se noyer telle qu'elle est dessinée par Charles Chasselat vers 1810.

La scène du chet appelant à l'aide alors que son maître le fils du meunier, feint de se noyer par Grandville vers 1837.

“Le chat botté”: dessin de Grandville, vers 1837. Copyright : Musée des beaux- arts de Nancy.

L’image de Doré révèle un chat spectaculaire : botté, ceinturé, capé, chapeauté, plein de panache et aussi d’une étonnante agressivité ! On a un chat qui prend la lumière, et occulte le contexte narratif de la scène. Un chat qui, parce qu’il est détaché de son contexte originel, peut d’autant plus facilement être récupéré pour de nouveaux contextes, être repris et réinventé, prendre son autonomie par rapport au personnage d’origine du conte de Perrault, et vivre d’innombrables vies.

 L’article complet est à paraître bientôt sur le site de Fabula. Il fait suite à notre communication au colloque « Le Chat botté dans ses expansions hypertextuelles » qui s’est tenu à l’Université de Lille le 3 février 2020.

Ghislaine Chagrot et Pierre-Emmanuel Moog