Archives par étiquette : Le Chat botté

Entretien avec deux illustrateurs des contes de Perrault

Nous avons mené un entretien croisé avec Jean Claverie et Philippe Jalbert sur leur expérience de l’illustration des contes de Perrault lors des journées d’étude à Strasbourg en mars 2022.

L’entretien a paru dans la Revue des livres pour enfants (n° 326, septembre 2022) du Centre national de la littérature pour la jeunesse de la BnF. Nous le publions avec leur aimable autorisation.

Pour lire l’article cliquer ici

Parution : “Quand Doré transforme un chat en icône.”

Dans notre article “Quand Doré transforme un chat en icône” qui vient de paraître dans les actes du colloque “Le Chat botté dans ses expansions hypertextuelles” sur le site Fabula, nous nous intéressons à une des illustrations de Gustave Doré pour Le Chat botté, celle représentant la scène du chat appelant à l’aide lors de la noyade du marquis de Carabas. La figure du chat, formidable, toutes griffes dehors, paré de pied en cape, a connu un destin extraordinaire : elle est devenue une icône des contes de Perrault et du merveilleux en général. Son succès s’explique par l’originalité de la composition immersive qui met le chat en vedette dans la scène et le rend plus impressionnant qu’il ne devrait l’être pour jouer son rôle narratif. Décalée dès l’origine de son contexte narratif, la figure du chat a pu ainsi prendre son autonomie pour s’adapter à d’autres contextes.

Cliquer ici pour lire l’article

Ghislaine Chagrot, Pierre-Emmanuel Moog

Les curieux dessins de la couverture et l’énigme de leur(s) auteur(s)

À la mesure du luxe de l’ouvrage Hetzel-Perrault-Doré, la couverture est somptueuse. Elle est décorée d’ornements graphiques et de dessins figuratifs sur le plat et sur le dos, qui intriguent. Ils sont plus ou moins clairement en relation avec des contes précis, et certains de ceux du dos sont même audacieux. Comment les comprendre ? Et qui en est l’auteur : Gustave Doré, l’illustrateur de l’ouvrage, ou Auguste Souze, le graveur-doreur de la couverture ?

La reliure et la couverture

L'édition Hetzel des contes de Perrault illustrés par Gustave Doré (photomontage).
L’édition Hetzel des contes de Perrault illustrés par Gustave Doré. Vue des plats de couverture et du dos (photomontage).

Commençons par examiner attentivement la reliure. Il s’agit d’une reliure industrielle qui utilise pour matériau de couvrure la percaline (décorée avant la couvrure à l’aide de plaques à gaufrer et de plaques à dorer). L’édition Hetzel est proposée en deux couleurs : rouge et bleu nuit. Le rouge est plébiscité par les acheteurs, et fort de son succès, devint emblématique de l’édition Hetzel.

Sur la couverture, on peut lire « ENGEL REL » sur le filet doré qui encadre la composition, au 1er comme au 2e plat : il s’agit de la signature du relieur Jean Engel (1811-1892).

Signature du relieur Jean Engel

Comme on peut le voir, le médaillon central contient le titrage du livre « Les contes de Perrault, compositions de Gustave Doré, édition Hetzel » encadré de quatre motifs figuratifs évoquant les contes, placés aux quatre coins de la couverture.

Le nom du relieur Engel figure aussi dans les volutes du décor du médaillon central du titre, à droite suivant la courbe du motif végétal. Cela signifie que c’est lui qui a commandé la plaque à dorer à un graveur en fer à dorer. On peut voir sa signature sur le motif symétrique : A. SOUZE. Il s’agit d’Auguste Souze (1829-1900), les deux lettres « S C » (abréviation de “sculpsit”) juxtaposées à son nom indiquent qu’il a gravé les plaques de la composition de la couverture ; la dorure est aussi réalisée à son atelier. Signatures du relieur Jean Engel et de l'ornemaniste Auguste Souze sur le plat de couverture.

Le dos de l’ouvrage, comme nous pouvons le voir ci-dessous, est également orné1 : le décor a été réalisé à partir d’une plaque à dorer à compartiments, et reprend le titrage « contes des fées », « Perrault », « composition de G. Doré », mais aussi « collection Hetzel », « P.-J. Stahl » (pseudonyme de Pierre-Jules Hetzel) qui a signé la préface. Les éléments de texte alternent avec six motifs frappés aux fers à dorer évoquant les contes. Ces fers spéciaux gravés sont la propriété de l’éditeur.

Les contes de Perrault illustrés par Gustave Doré. Édition Hetzel, 1862. Dos

Les dessins

Revenons maintenant aux dessins figuratifs de la couverture, probablement commandés par l’éditeur Hetzel. Dans les quatre écussons entourés d’un motif végétal décor rocaille, on peut voir des objets symboliques des contes. Mais est-il si facile de les associer chacun à un conte précis ? En haut à gauche, la quenouille renvoie certainement à « La Belle au bois dormant », à droite la couronne et le sceptre évoquent possiblement « Peau d’Âne ». En bas à gauche, la clé croisant l’épée renvoie indéniablement à « La Barbe bleue », tandis qu’à droite, le coutelas serait peut-être celui de l’ogre du Petit Poucet. Mais l’ouvrage comporte neuf récits. Pourquoi seulement ces dessins et ces contes en particulier ?

Continuer la lecture
  1. Le dos est celui de l’exemplaire de la Bibliothèque du château de Chantilly. Nous remercions Marie-Pierre Dion et Hélène Jacquemard pour cette image. []

Parution : “Les premières éditions espagnoles des Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré.”

Dans notre article “Les premières éditions espagnoles des Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré”, qui vient de paraître dans la revue Ondine (2021, n°6) nous nous intéressons à l’édition en langue espagnole publiée par Abel Ledoux, en mars 1863. Nous montrons que si celle-ci comprend l’ensemble des textes mais seulement une partie des illustrations de Doré, c’est fondamentalement le projet éditorial qui diffère, détournant le programme artistique et illustratif initial de l’édition Hetzel vers un modèle plus commercial. Cependant l’histoire des illustrations par Doré des contes de Perrault en Espagne n’a pas commencé avec l’édition Ledoux : une édition publiée dès 1862 par l’éditeur La Maravilla contient des illustrations qui leur ressemblent étonnamment. Leur comparaison met en valeur le projet illustratif fort de Doré.

Cliquer ici pour lire l’article

Ghislaine Chagrot, Pierre-Emmanuel Moog

Quand Doré transforme un chat en icône

L’édition Hetzel des contes de Perrault illustrés par Gustave Doré, parue en 1861, est emblématique de l’illustration des contes merveilleux. Parmi les quarante images de cet ouvrage, celle du conte « Le Chat botté », représentant la scène du chat appelant à l’aide lors de la fausse noyade a connu depuis un destin remarquable. Comment expliquer son succès extraordinaire, immédiat et durable ?Le fils du meunier est dans l'eau tandis que le chat appel à l'aide

Nombreux furent les dessinateurs, avant et après Doré, à illustrer la scène du chat appelant à l’aide. Pourquoi celle de Doré connaît-elle un tel succès ? Comparons-là par exemple à celle de A. Chasselat (1810) ou J. J. Grandville (1837) :

La scène du chet appelant à l'aide alors que son maître le fils du meunier, feint de se noyer telle qu'elle est dessinée par Charles Chasselat vers 1810.

La scène du chet appelant à l'aide alors que son maître le fils du meunier, feint de se noyer par Grandville vers 1837.

“Le chat botté”: dessin de Grandville, vers 1837. Copyright : Musée des beaux- arts de Nancy.

L’image de Doré révèle un chat spectaculaire : botté, ceinturé, capé, chapeauté, plein de panache et aussi d’une étonnante agressivité ! On a un chat qui prend la lumière, et occulte le contexte narratif de la scène. Un chat qui, parce qu’il est détaché de son contexte originel, peut d’autant plus facilement être récupéré pour de nouveaux contextes, être repris et réinventé, prendre son autonomie par rapport au personnage d’origine du conte de Perrault, et vivre d’innombrables vies.

 L’article complet est à paraître bientôt sur le site de Fabula. Il fait suite à notre communication au colloque « Le Chat botté dans ses expansions hypertextuelles » qui s’est tenu à l’Université de Lille le 3 février 2020.

Ghislaine Chagrot et Pierre-Emmanuel Moog