Archives par étiquette : Relation texte-image

Parution : “Le merveilleux des contes de Perrault par Gustave Doré, à la lisière du fantastique”

Dans notre chapitre paru dans le catalogue de l’exposition La constellation Gustave Doré, p. 145-155, publié aux éditions des Musées de la Ville de Strasbourg, nous nous intéressons à la représentation du merveilleux des contes de Charles Perrault par Gustave Doré. 

Plutôt que de se saisir de toutes les scènes magiques possibles, Doré s’est montré très sélectif, privilégiant la représentation des pensées intérieures des personnages. En revanche, en s’appuyant sur les possibilités offertes par la technique de la gravure de teinte, il insère des figures fantomatiques plus ou moins discernables dans ses compositions, et confère ainsi aux contes une dimension quasi fantastique.

Ghislaine Chagrot et Pierre-Emmanuel Moog

Parution : “Gustave Doré et les Contes de Perrault, du dessin au livre illustré.”

Dans notre article “Gustave Doré et les Contes de Perrault : du dessin au livre illustré” qui vient de paraître dans la revue Nouvelles de l’Estampe, nous nous intéressons aux processus de production. En nous appuyant sur des documents et objets inédits, nous retraçons les étapes de la réalisation des illustrations, dans le contexte technique et industriel de l’époque, depuis les dessins de Doré jusqu’à la fabrication du livre illustré. L’enjeu est d’évaluer l’impact du processus de production sur la fonction illustrative des images.

Cliquer ici pour lire l’article

Ghislaine Chagrot, Pierre-Emmanuel Moog

Entretien avec deux illustrateurs des contes de Perrault

Nous avons mené un entretien croisé avec Jean Claverie et Philippe Jalbert sur leur expérience de l’illustration des contes de Perrault lors des journées d’étude à Strasbourg en mars 2022.

L’entretien a paru dans la Revue des livres pour enfants (n° 326, septembre 2022) du Centre national de la littérature pour la jeunesse de la BnF. Nous le publions avec leur aimable autorisation.

Pour lire l’article cliquer ici

Journées d’étude : “Gustave Doré et le livre illustré.”

à Strasbourg, les Jeudi 17 et vendredi 18 mars prochain se dérouleront les journées d’étude organisées dans le cadre de notre programme de recherches, en partenariat avec les Musées de la Ville de Strasbourg. Elles porteront un regard actualisé sur l’ œuvre imprimée de Gustave Doré en étudiant ses sources graphiques et littéraires et en situant sa production dans le paysage éditorial de l’illustration.

Parution : “Quand Doré transforme un chat en icône.”

Dans notre article “Quand Doré transforme un chat en icône” qui vient de paraître dans les actes du colloque “Le Chat botté dans ses expansions hypertextuelles” sur le site Fabula, nous nous intéressons à une des illustrations de Gustave Doré pour Le Chat botté, celle représentant la scène du chat appelant à l’aide lors de la noyade du marquis de Carabas. La figure du chat, formidable, toutes griffes dehors, paré de pied en cape, a connu un destin extraordinaire : elle est devenue une icône des contes de Perrault et du merveilleux en général. Son succès s’explique par l’originalité de la composition immersive qui met le chat en vedette dans la scène et le rend plus impressionnant qu’il ne devrait l’être pour jouer son rôle narratif. Décalée dès l’origine de son contexte narratif, la figure du chat a pu ainsi prendre son autonomie pour s’adapter à d’autres contextes.

Cliquer ici pour lire l’article

Ghislaine Chagrot, Pierre-Emmanuel Moog

Parution : “Les premières éditions espagnoles des Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré.”

Dans notre article “Les premières éditions espagnoles des Contes de Perrault illustrés par Gustave Doré”, qui vient de paraître dans la revue Ondine (2021, n°6) nous nous intéressons à l’édition en langue espagnole publiée par Abel Ledoux, en mars 1863. Nous montrons que si celle-ci comprend l’ensemble des textes mais seulement une partie des illustrations de Doré, c’est fondamentalement le projet éditorial qui diffère, détournant le programme artistique et illustratif initial de l’édition Hetzel vers un modèle plus commercial. Cependant l’histoire des illustrations par Doré des contes de Perrault en Espagne n’a pas commencé avec l’édition Ledoux : une édition publiée dès 1862 par l’éditeur La Maravilla contient des illustrations qui leur ressemblent étonnamment. Leur comparaison met en valeur le projet illustratif fort de Doré.

Cliquer ici pour lire l’article

Ghislaine Chagrot, Pierre-Emmanuel Moog

Le burlesque des illustrations de Doré pour les contes de Perrault : le cas de Cendrillon au bal

Les 40 illustrations pour les Contes de Perrault que Gustave Doré réalise en 1861 ont marqué l’imaginaire collectif. On ne s’attendrait pas à y trouver un registre burlesque, car les contes de Charles Perrault mettent en scène de nombreux drames et des moments tragiques (que l’on pense par exemple au Petit chaperon rouge dévoré par le loup ou au sort funeste jeté à la Belle au bois dormant par la fée qui n’avait pas été invitée à son baptême).

Si bon nombre d’illustrations de Doré montrent bien une vision dramatique, il n’en reste pas moins que quelques-unes relèvent totalement ou en partie du burlesque. Parmi elles, celle illustrant l’arrivée de Cendrillon dans la salle de bal.

Voici le passage du texte correspondant à la scène :

Il se fit alors un grand silence ; on cessa de danser, et les violons ne jouèrent plus tant on était attentif à contempler les grandes beautés de cette inconnue.

Les Contes de Perrault, édition Hetzel,1862, p. 26

Il se trouve que Doré avait déjà illustré, en 1857, une scène similaire représentant l’arrivée retentissante d’une princesse au bal pour “Histoire de la princesse Rosette” de la Comtesse de Ségur.

La scène de bal y est représentée de manière classique. Il en va autrement pour celle de Cendrillon qui comporte de très nombreux détails qui participent d’une mise en scène burlesque.

L’effet de foule
En premier lieu, ce qui frappe, c’est la foule cartoonesque autour de Cendrillon : les courtisans se bousculent et s’écrasent les uns contre les autres. Au milieu de cette masse compacte, des visages apparaissent, dessinés d’une manière comique ou grotesque. Certains ont des regards en coin ou louchent. Un quidam, à gauche sur l’image, le bras levé et le visage bouffi, semble s’époumoner : chercherait-t-il à remettre de l’ordre ? À droite, une grosse femme tente d’arrêter deux courtisans se penchant avec trop de curiosité sans retenue vers la jeune fille, l’un par la manche, l’autre par le bras : serait-elle agacée ou jalouse ?

Continuer la lecture

Une image de la Belle endormie : la Belle au bois dormant de Doré

Sur les 40 illustrations que Gustave Doré fournit pour Les Contes de Perrault, il en consacre 6 à « La Belle au bois dormant ». Voici la dernière, qui correspond à la scène où le prince découvre la princesse encore endormie :

Doré illustre a priori  l’extrait suivant du texte de Perrault :

[Le prince] entra dans une chambre toute dorée, & il vit sur un lit, dont les rideaux étaient ouverts de tous côtés, le plus beau spectacle qu’il eût jamais vu : une princesse qui paraissait avoir quinze ou seize ans, & dont l’éclat resplendissant avait quelque chose de lumineux & de divin. Il s’approcha en tremblant & en admirant […] elle était tout habillée, fort magnifiquement, mais il se garda bien de lui dire qu’elle était habillée comme ma mère-grand, & qu’elle avait un collet monté.

L’illustration de Doré correspond-elle au conte de Perrault ? Regardons d’abord le cadre général, puis les personnages. Continuer la lecture

Parution : “Les contes de Perrault illustrés par Doré et le jeu des différences.”

Dans notre article “Les contes de Perrault illustrés par Doré et le jeu des différences” qui vient de paraître dans la revue Ondine (2019, n°4), nous proposons de mettre les illustrations de Doré à l’épreuve du texte de Perrault, à l’instar du jeu bien connu des différences ou des erreurs. Relever les différences significatives entre le texte et l’image, au-delà de son aspect pédagogique et ludique, permet en effet d’évaluer l’impact que l’illustration peut avoir sur la compréhension du texte.

Cliquer ici pour lire l’article

Ghislaine Chagrot, Pierre-Emmanuel Moog